• Dimanche 04 / Lundi 05.11.12

    Dimanche 04 / Lundi 05.11.12

    Pucòn nous a beaucoup plût, autant l’hébergement qui était très bien situé, pratique car équipé d’une cuisine où l'on pouvait préparer nos repas du soir et la patronne très gentille, mais également la région où les balades et activités étaient assez nombreuses pour y rester quelques jours de plus. Mais le temps défile à grande vitesse, déjà novembre, et encore une longue route à faire. On tourne la page, pour une autre destination : Puerto Varas. On va faire la route en deux temps avec une nuit au bord d’un des nombreux lacs de la région afin de pouvoir emprunter des petites routes tranquilles. La cabaña pour la nuit est vraiment très jolie, une grande baie vitrée qui donne sur le lac et un beau parc fleuri. On reprend la route dès le matin pour rejoindre Puerto Varas par l'itinéraire des lacs. En prenant ces petites routes, on ne sait jamais dans quel état elles sont, bien souvent de l’asphalte sur les premiers kilomètres pour ensuite devenir des pistes empierrées. Celle-ci est particulièrement difficile, car les voitures et camions ne roulent qu’au milieu, du coup une épaisse couche de pierres recouvre les côtés dans laquelle il est très acrobatique de rouler. Sans cesse il faut slalomer lors des croisements entre la trace faite par les véhicules, et les côtés. Heureusement, elle n’est longue que d’une trentaine de kilomètre et on rejoint une nationale qui nous emmène à destination assez rapidement. En début d’après-midi, déjà nous sommes installés dans cette ville. Architecture et ambiance allemande nous surprennent, de nombreuses boulangeries/pâtisseries,aux vitrines pleinent de Forêt-Noire et autres gâteaux crémeux germaniques. Guy en a les yeux qui sortent, et sa grande gourmandise ne résistera pas longtemps. En fait des colons allemands s’établir dans la région dans les années 1850. D’ailleurs surprise, nous découvrons une rue au nom de Otto BADER ! un aïeul de la famille serait partie faire fortune dans le nouveau monde ?? Je mène ma petite enquête et on apprend qu’en fait c’était un colon allemand, médecin, et qu’il a construit le premier hôpital de la ville. Ces maisons coloniales en bois construites par ces immigrants qui sont souvent classées monuments nationaux, donnent des aires d’Europe année 1950 à ce lieu.

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :